COVID-19, nous faisons le point

Par votre pharmacien
COVID-19, nous faisons le point

 

Numéro utile 

Sachez qu’un numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.

Quelles sont les caractéristiques du Covid-19 ? et quel est son niveau de dangerosité ? 

Comparaison du Covid-19 avec la grippe saisonnière 

Tout d’abord, il faut savoir que les coronavirus font partie d’une famille de virus susceptibles d’être à l’origine d’un large éventail de maladies. Chez l’Homme, ces maladies vont du rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsable d’une détresse respiratoire aiguë. 

Le Covid-19, qui se propage aujourd’hui dans le monde, est un nouveau virus faisant parti de la famille des coronavirus et ayant pour caractéristique d’être particulièrement contagieux. En effet, son taux de reproduction (indiquant le nombre moyen de personnes qu’une personne contagieuse pourrait infecter) apparaît relativement élevé - il se situe quelque part entre 2 et 3 - comparé à celui de la grippe saisonnière - qui est de l'ordre de 1,5.

Son taux d’incubation (période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) reste inchangé et est de l’ordre de 14 jours, même si généralement les symptômes apparaissent sous 3 à 5 jours.

Ce que nous ne savions pas jusqu’alors, c’est que deux souches du virus existent. Une souche S (plus ancienne, moins répandue et moins agressive) et une souche L (plus récente, plus répandue et plus agressive). Ainsi, les recherches se poursuivent. Mais il est à noter que pour l’heure, avec nos connaissances actuelles, il n’est pas possible de garantir qu’un patient guéri du coronavirus serait immunisé en cas de seconde rencontre avec le virus. Raison pour laquelle de nombreuses mesures ont été prises par la Gouvernement pour tenter de ralentir sa propagation. 

En France, les chiffres annoncés par Santé Publique France le 17 mars 2020, à 15h, font état de 7 730 cas confirmés et 175 décès. 

Mais alors, qui sont les personnes considérées comme fragiles ? 

Tout d’abord, les personnes “fragiles” sont les personnes considérées comme étant le plus à risque de développer une forme grave d’infection vis-à-vis du virus. Il s’agit notamment des personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée), et de toutes les personnes étant atteintes de maladies chroniques telles que des maladies cardiovasculaires, insuffisances rénales ou cardiaques, le diabète de type 2, les pathologies respiratoires chroniques, ou en immunodépression, etc (s’informer en détails ici).

Quelles sont les conduites à tenir pour vous prémunir vous et les autres ?

#Restezchezvous#Restezchezvous - Restez confiné 

« Le coronavirus ne circule pas en France. Ce sont les hommes et les femmes qui le transmettent. » soulignait jeudi dernier, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Et il est vrai qu’à ce jour, seule la distanciation sociale est efficace pour freiner cette pandémie, car nous ne disposons pas encore de vaccin ni de traitement. Il faut bien avoir conscience que nous sommes tous susceptibles de transmettre ce virus, puisque beaucoup d’entre nous peuvent en être porteurs, et donc être contagieux, sans forcément présenter de symptôme. Ces individus sont appelés “porteurs sains”. Cela explique pourquoi le 14 mars dernier, le Premier ministre décidait de fermer tous les lieux recevant du public qui ne sont pas indispensables à la vie du pays, jusqu’à nouvel ordre. 

infographie_coronavirus.webp

Ne cédez pas à la panique, réagissez de façon proportionnée

Si vous vous posez des questions quant à une potentielle infection par le virus, suivez les consignes ci-dessous. Cela vous permettra de savoir comment repérer l’infection et y réagir de manière proportionnée, pour ne pas engorger les secours.

affiche_quel_comportement_adopter_page0001.jpg

Détails des différentes mesures prises,

Afin de ne pas surcharger les services de soins, dont la saturation aurait conduit à une surmortalité importante dans les prochaines semaines si aucune mesure n’avait été prise... Le Gouvernement a pris la décision de confiner mardi 17 mars dernier, à midi, tous les Français jusqu’à nouvel ordre. Seules les sorties pour se nourrir, se soigner, ou travailler sont encore autorisées. 

Les Pharmacies ouvertes et aménagées, 

Dans ce contexte, nous avons dû faire face à l’afflux de patients dans les pharmacies, en recherches de masques, gels hydroalcooliques, thermomètre et médicaments… Ainsi, et en raison des recommandations en vigueur concernant les “gestes barrières”, nous avons dû nous adapter pour répondre à chacun d’entre vous, tout en veillant à conserver un minimum de distance de protection. N’y voyez là que des mesures mises en place pour la protection de tous : nous sommes tous mobilisés pour lutter contre ce virus. 

Aussi, comme vous l’avez surement entendu dans la presse mercredi dernier, Olivier Véran, le ministre de la Santé, annonçait aux pharmacies la livraison prochaine de 15 millions de masques. Sachez que ces masques ne sont destinés qu'aux professionnels de santé libéraux. « À ce stade, il n'est pas envisagé que les pharmaciens d'officine distribuent ces masques à la population », sauf pour des personnes « définies comme prioritaires par les autorités de santé », avertissait l'Ordre national des pharmaciens : Il s'agit de masques de type « FFP2 », plus efficaces que les simples masques chirurgicaux.

Un renouvellement de vos ordonnances jusqu’au 31 mai

Sachez également que nous sommes désormais autorisés à renouveler les ordonnances de vos traitements chroniques jusqu’au 31 mai, afin que vous ne soyez pas impactés par la situation sanitaire en cours si vous ne pouvez prendre de rendez-vous avec votre médecin traitant. 

Ventes limitées à 1 boîte de paracétamol par patient à la pharmacie, 

Suite à la décision prise par L'Agence du médicament de restreindre la vente du paracétamol, préconisé pour combattre les symptômes de l'infection : dès aujourd’hui, nous ne serons autorisés à vous délivrer qu’une seule boite par patient-client en pharmacie, et deux en cas de maladie. De plus, la vente sera suspendue en ligne (à l’instar de l’ibuprofène et de l’aspirine).

Prudence avec l’automédication. Ne prenez pas d’anti-inflammatoires en prévention ! 

En cas de fièvre, il a été démontré que la prise d'anti-inflammatoires pouvait être un facteur d'aggravation de l'infection. En effet, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens et les corticostéroïdes diminuent les défenses immunitaires, donc peuvent booster la fièvre et aggraver l'infection… Ainsi, soyez prudent. Lisez bien les consignes présentes sur la notice accompagnant votre médicament. Pour rappel, font partis des anti-inflammatoires non-stéroïdiens : l'ibuprofène, le Nurofen, le naproxène, le diclofénac ou le Voltaren. Chez les corticostéroïdes : on a le Cortancyl, la prednisolone ou le Célestène. Seul le paracétamol est recommandé en cas de fièvre

Toutefois, si vous prenez des anti-inflammatoires au long cours, ne les arrêtez pas, certaines pathologies nécessitent en effet de prendre ces médicaments. En revanche, vous pourrez être considéré comme personne à risque concernant le coronavirus. Adoptez alors les réflexes de protection. 

Ce qui nous attend ces prochaines semaines 

Ce qui sera décidé au cours des prochaines semaines dépendra beaucoup de nos assiduités à respecter les consignes données par le chef de l’Etat. Plus rapidement nous appliquerons la règle de confinement, plus rapidement l’épidémie sera maîtrisée. Cela dépend de nous tous. 

Pour le moment, les mesures de confinement collectif s’appliqueront pour au moins deux semaines, mais pourront être prolongées en cas de nécessité. C’est ensemble que nous réussirons à éradiquer ce virus. 

Tous les soignants vous remercient également pour vos chants de soutien, à vos fenêtres. Nous en sommes profondément touchés. MERCI.

Nos sources :
Gouvernement.fr/info-coronavirus
Ministère des Solidarités et de la Santé